VENDREDI 18 MARS 2022 :

C’est la journée nationale du sommeil.

Je vous partage ici quelques pistes à suivre si vous êtes confrontés à des troubles du sommeil.

A l’occasion de la 22 édition de la journée nationale du sommeil organisée par l’INSV, le Réseau Morphée, en partenariat avec la Cité de la Santé, a anime une Conférence ayant pour thème « Le rêve, passage entre deux mondes » fort à propos dans le cadre de la sophrologie, de la méditation et de l’état de conscience modifiée. 

 https://reseau-morphee.fr/22eme-journee-du-sommeil.html

 Retrouvez le replays sur DIRECT Le rêve, passage entre deux mondes

L’IMPORTANCE DU SOMMEIL

le sommeil est un élément fondamental, à 60 ans nous auront dormi 20 ans, il faut que dans ces 20 ans, le sommeil soit réparateur, qu’on y retrouve du plaisir. 

Etat des lieux du sommeil : 

rythme normal : 7 à 8 h / jour 

  • 20% de la population française dorment +8h/jour : 
  • 31 % de la population française dorment entre 2h et 6h  et sont en dette de sommeil volontaire.

 La moyenne nationale de sommeil est de 7h47 :

45% des 25 à 45 ans se disent être en manque de sommeil (presque la moitié des actifs)

32% font une sieste par semaine pour récupérer de leur dette de sommeil de la semaine 

16% vont faire une sieste de 45 mn 

On a perdu 1h30 de sommeil par rapport à 50 ans en arrière.

Souvent parce qu’on a fait une restriction de sommeil volontaire cela va générer une dette de sommeil chronique.

En 2008, une personne sur 5 (19,0%) présentait des symptômes d’insomnie chronique accompagnés de perturbations diurnes (fatigue ou somnolence excessive) (ICPD). La prévalence était plus forte chez les femmes que chez les hommes (22,2% vs. 15,4%). Elle augmentait avec l’âge jusqu’à la classe des 45-54 ans (23,6%), puis diminuait légèrement. En effet, après 55 ans, les perturbations du sommeil étaient fréquemment déclarées sans retentissement diurne. La fréquence du retentissement diurne était maximale entre 25 et 55 ans.

On constate donc qu’il y a des prévalences en fonction de l’age et du sexe.

Sources :

https://www.santepubliquefrance.fr/docs/insomnie-fatigue-et-somnolence-prevalence-et-etat-de-sante-associe-declares-par-les-plus-de-16-ans-en-france-metropolitaine.-donnees-esps-2008

QUAND PARLE-T-ON DE TROUBLES DE SOMMEIL (TdS) ou d’INSOMNIE :

Le TdS est ponctuel, alors que l’insomnie est une maladie lorsque le TdS s’est installé et qu’il vous affecte plus de 3 nuits par semaine depuis plus de 3 mois.

  • retards d’endormissement (>30mn)
  • réveil nocture : instabilité du sommeil entrecoupé d’éveils
  • éveils pénibles et inconfortables
  • éveils matinaux et précoces ou réveils tardifs / asthéniques (fatigué)

POSER  LE CONSTAT DE VOTRE SOMMEIL,  QUEL EST-IL RÉELLEMENT ET COMMENT VOUS LE PERCEVEZ.

Comment vous sentez vous en journée ?

Quand il y a des troubles du sommeil récurrents qui se transforment en insomnie, cela a un impact :

  • sur la qualité de sa journée, 
  • sur son vieillissement, 
  • sur la qualité de son état général, 
  • sur ces douleurs, 
  • sur ces maladies, 

On est beaucoup plus sensible à la douleur quand on est en dette de sommeil chronique, on attrape des virus faute de défenses immunitaires, on développe des maladies, et parfois on est dans l’incapacité de travailler.

Les 6 questions à se poser : 

  1. Mettez-vous plus de 30 minutes à vous endormir ? 
  2. Vous réveillez vous au moins 1h toutes les nuits ? 
  3. passez-vous plus de 25 % de votre temps au lit éveillé ? 
  4. Avez-vous un réveil trop précoce ? 
  5. vous sentez-vous fatigué au lever ? 
  6. êtes-vous sujet à l’insomnie au moins 3 fois par semaine et ce depuis plus de 3 mois ? seuil de la maladie d’insomnie.

Il faut différencier le trouble ponctuel de sommeil et l’insomnie car les réponses sont différentes.

Rien n’est plus subjectif que la perception du sommeil.

Votre premier travail est d’objectiver le sommeil pour savoir exactement ou est la problématique et quelle réponse vous pouvez y apporter.

CONNAITRE LA RÉALITÉ DE SON SOMMEIL. 

Prendre conscience de la réalité de son sommeil. Cet agenda peut vous aider à mieux comprendre votre sommeil. Vous pouvez le télécharger sur le site hase-sante.fr

CONNAÎTRE SON PROFIL GENETIQUE ?

ETES-VOUS COQ ou HIBOU ?

Quel est votre chronotype ?
Êtes-vous plutôt un lève-tôt ou un couche-tard ? 

QUANTIFIER LE RÉEL BESOIN DE SOMMEIL:

Etes-vous :

-un petit dormeur <= 6h par nuit ?
-un moyen dormeur 7h à 8h par nuit ?
-un grand dormeur >=9h par nuit ?

Génétiquement il y a seulement 10% de petit dormeur alors que dans les évaluations 30% de la population actuellement en France dorment moins de 6 heures par nuit, ce qui veut dire que 20 % qui se mettent volontairement en dette de sommeil, croyant pouvoir être petit dormeur. Cela correspond au 20% déclaré d’insomniaque. Lorsqu’on est en dette de sommeil chronique, on habitue son cerveau à ne pas bien dormir. On crée l’insomnie. Les grand dormeur <=9h se mettent très souvent en dette de sommeil.

IDÉE REÇUE FAUSSE :

On croit qu’on a moins besoin de sommeil en vieillissement, un petit peu moins car aussi on se fatigue moins la journée mais on reste sur son profil génétique.

C’est son besoin de sommeil propre qui compte et pas nos croyances.

 

La moyenne c’est quand même 7 à 8 heures par jour, à garder en mémoire. Beaucoup de personnes pensent que 6h suffisent..

Il est important d’être à l’écoute de soi et dès que les signes du sommeil apparaissent il s’agit ne pas rater le train du sommeil.
À force de mauvaises habitudes ou de ne pas respecter son rythme biologique, l’insomnie s’installe et il devient de plus en plus difficile de retrouver un sommeil de qualité régénérant et revitalisant.

La pratique du Jin Shin Jyutsu est bénéfique sur le sommeil. J’ai beaucoup entendu de témoignages appuyant l’aide que cela apporte sur les difficultés d’endormissement. Et avec une pratique régulière on constate avec le temps une amélioration de la qualité du sommeil et une meilleure récupération.
La pratique du Jin Shin Jyutsu favorise la libération des énergies ralenties parfois bloquées du corps, de l’esprit et du mental et permet au corps de retrouver une profonde détente favorisant l’accès au sommeil.
Le Jin Shin Jyutsu apporte une dimension supplémentaire aux bienfaits connus et de plus en plus reconnus scientifiquement, de la sophrologie, de la méditation de pleine conscience.

Comment pratiquer en aide à soi-même de Jin Shin Jyutsu :

Une étape peut suffire, à vous de tester, d’expérimenter, d’être votre propre témoignage.
Se tenir la base du pouce, VS 18
Tenir les VS 14, VS 19, un ou plusieurs doigts
Le Courant central et particulièrement les 3 premières étapes.

 Art sans effort

Rappelez-vous, l’art du Jin Shin est un art sans effort, la pratique doit toujours être agréable et facile pour vous au risque d’en perdre le bénéfice. Il n’y a pas une seule façon de faire, pour preuve vous pouvez harmoniser ce verrou en vous tenant simplement les doigts.

*VS : Pour rappel ou info un verrou de sauvegarde VS est une zone du corps au travers de laquelle se déverse notre énergie vitale, (notre Ki, Qi) à moins qu’il ne soit obstrué, bloqué provoquant des disharmonies dans le fonctionnement de notre corps et dans le fonctionnement de notre mental. Nous avons les moyens avec Jin Shin Jyutsu, en posant nos mains ou doigts sur ces zones d’améliorer voire de rétablir la libre circulation de cette énergie et d’aider ainsi nos disharmonies.

La pratique :

Allongé ou assis, comme c’est confortable pour vous. Veillez à ce que vos bras ne soient pas crispés et qu’il n’y ait aucune tension. Vous pouvez vous servir de coussins pour reposer vos bras.

Combien de temps pratiquer et à quelle fréquence :

Pendant quelques minutes, suivant le temps qui vous est imparti. Vous pouvez pratiquer jusqu’à 20 mn si le coeur vous en dit. Expérimentez cette séquence et observez en conscience comment cela agit sur vous. Répétez autant de fois que vous en avez envie, seule une pratique régulière apporte des changements significatifs.

Au cours de vos pratiques, après vous être ancré, tournez vos pensées vers l’intérieur en vous concentrant sur les sensations de votre corps.

Que ressentez vous? 

Comment évoluent vos pensées ?

Je vous rappelle aussi qu’il n’est pas nécessaire et même déconseillé d’appuyer sur la zone ou de serrer votre doigt. Un toucher qui n’est ni massage ni pression sera adapté.

Mary disait “être son propre témoignage“. Et si vous avez envie de témoigner de votre pratique, vous pouvez laisser un commentaire en bas de page ou m’écrire.

Pratiquer régulièrement le Jin Shin Jyutsu c’est :
S’accorder un moment pour soi,
S’harmoniser corps et esprit,
Se revitaliser, se ressourcer, se recentrer.

Nous avons les moyens avec Jin Shin Jyutsu, en posant nos mains ou doigts sur ces zones appelées Verrous de Sauvegarde de l’énergie, d’améliorer voire de rétablir la libre circulation de cette énergie. Nous aidons ainsi nos disharmonies, nous améliorons nos symptômes.

Il ne s’agit pas de se substituer à un diagnostic, ni à un traitement médical. Ces pratiques simples et douces peuvent vous aider à réduire les symptômes. Seul votre médecin est habilité à adapter votre traitement.

 

sources :

Livre I | Introduction au Jin Shin Jyutsu Est. Mary Burmeister

Livre II | Introduction au Jin Shin Jyutsu Est. (suite) Mary Burmeister

Livre III| Introduction au Jin Shin Jyutsu Est. (suite) Mary Burmeister

Jin Shin Jyutsu, L’art de revitaliser et d’harmoniser le corps, les émotions et le mental par le toucher – Jin Shin Jyutsu ( edition jouvence)

 

 

Vues : 23